Témoignage : comment Will a atteint la liberté financière grâce à l'immobilier

Interview inspirante : Will, investisseur à La Réunion

Témoignage : comment Will a atteint la liberté financière grâce à l’immobilier

Je trouve qu’il est intéressant de bénéficier de l’expérience des autres, aussi voici le témoignage d’un passionné qui a construit sa liberté financière autour de l’immobilier. Il s’agit de Will, l’auteur du blog http://fin-de-la-rat-race.com/ Il nous dévoile son parcours et sa relation à la liberté financière.

Peux-tu nous dire ce qui t’a conduit à investir dans l’immobilier ?

Je suis tombé dans l’immobilier assez jeune. Lorsqu’il m’a fallu trouver une orientation professionnelle, c’était en plein boom de l’immobilier. Les prix ne cessaient de monter depuis 1997 et la presse ne parlait que de la pierre. Le jour de mes 18 ans, j’ai commencé à travailler, tout en faisant mes études en alternance, dans une petite agence immobilière à Marseille. Cette expérience m’a permis de toucher à différents métiers et de rencontrer des investisseurs. J’ai vu combien un investissement locatif peut rapporter et qu’il y avait relativement peu de contraintes quant à sa gestion. J’ai eu envie d’acquérir un premier appartement. J’ai étudié plusieurs opportunités et rencontré des financeurs pour prendre des infos.

Quel a été ton premier investissement immobilier ?

Ce n’est que 2 ans plus tard que je me suis lancé. Une réelle opportunité s’est présentée. C’était un bien vendu, via une agence immobilière, par un couple de personnes âgées vivant sur la Côte d’Azur, qui souhaitait s’en débarrasser. Le bien n’était même pas en publicité. Il était suivi par une commerciale qui était en congés et c’est son collègue qui me l’a proposé. Un compromis avait été signé par un couple d’investisseurs, qui avait commencé à faire des premiers travaux et finalement n’avait pas eu son financement ! Quand j’ai entendu, le prix, la surface et la situation, je me suis dit : « Il faut absolument le visiter très vite ». A peine rentré dans l’appartement, j’ai jeté un coup d’œil à droite, puis à gauche, et j’ai dit « Je le prends ! »

Une bonne affaire, c’est comme une goutte d’eau qui tombe, il faut être le premier à l’attraper, sinon quelqu’un le fera à votre place.

J’ai tenté une offre 2 000 € moins cher. J’étais un peu fébrile car j’avais peur que l’appartement me passe sous le nez. Mais finalement les vendeurs ont accepté rapidement.

A l’époque, je vivais dans un studio étudiant de 9 m². J’ai donc décidé d’aller vivre dans cet appartement, et comme 55 m² était trop grand pour moi, j’ai mis en location la seconde chambre auprès d’étudiants. Pour moi c’était génial car j’ai pu bénéficier du côté coloc tout en faisant financer ce logement par sa location. Et au final, ce qui me restait à payer à la banque pour mon crédit immobilier était guère plus cher que ce que je payais pour mon studio.

Et ensuite, comment as-tu enchaîné ?

J’ai subi à 20 ans de plein fouet ce que les anglo-saxons appellent la « Rat Race » (Pour en savoir plus sur ce sujet : http://fin-de-la-rat-race.com/qu-est-ce-que-la-rat-race/). J’avais obtenu un poste de Cadre et je travaillais vraiment très dur, souvent jusqu’à 11h le soir. Malgré le fait que j’avais tout ce qu’il fallait pour être heureux, j’ai compris que ce n’était pas le genre de vie que je voulais mener. J’aspirais à plus de liberté. A l’âge de 22 ans j’ai eu envie de goûter à la vie des îles et je me suis installé à la Réunion. C’est après avoir créé mon entreprise en 2011, et m’être marié que j’ai à nouveau ressenti le besoin d’acheter de la pierre.

As-tu une stratégie d’investissement en particulier ?

Oui, la diversification ! Je suis un investisseur prudent de nature, j’avance petit à petit dans mes projets et essaie de diversifier mes investissements immobiliers : location étudiante, location saisonnière, locaux commerciaux, investissement immobilier à l’étranger, … Je préfère ne pas acquérir de petites surfaces car je préfère avoir moins d’actifs, mais qui génèrent de gros loyers.

J’ai développé aussi une stratégie originale qui consiste à racheter des parties communes de copropriété. Je viens d’acquérir des coursives qui se situent devant l’un de mes locaux commerciaux, ce qui me permet d’en doubler la surface. J’ai trois autres projets du même style en cours.

D’une manière générale, j’ai misé sur une stratégie de moyen terme avec l’immobilier. Tous mes crédits vont se terminer lorsque j’aurais entre 40 et 45 ans. On parle souvent de « crise de la quarantaine » et je sens que j’aurais probablement d’autres aspirations à ce moment-là. Je m’assure donc des revenus certains.

Est-ce que tu te considères aujourd’hui libre financièrement ?

D’une manière générale je dois dire que mes revenus sont déconnectés de mon temps de travail. Je peux donc dire que oui. Néanmoins la liberté est une notion très relative. L’année dernière j’ai passé au total 3 mois à voyager et 3 mois en formation. Je crois que beaucoup de personnes rêveraient de ça, mais j’aspire à encore plus de liberté. J’aime la vie nomade et je souhaite voyager encore plus.

J’ai envie aujourd’hui, plus que jamais, de faire des choses qui me font vibrer. J’aime entreprendre et je suis en train de lancer plusieurs projets de sociétés dont une dans le financement immobilier et une autre dans le tourisme.

Quels sont les leviers les plus efficaces qui t’ont permis d’atteindre ce but ?

Mis à part quelques placements, je gagne ma vie grâce à l’immobilier. Ma principale source de revenus est mon entreprise (qui fait de l’immobilier : syndic, vente, gestion, location), qui s’est bien développée et qui me permet d’avoir des revenus confortables. J’ai mis en place une Directrice, ce qui signifie une boîte qui tourne sans que je sois physiquement présent. Cette entreprise me permet de côtoyer des investisseurs immobiliers et je dois dire que c’est très stimulant.

L’argent dont je n’ai pas besoin pour vivre, je l’investis dans l’immobilier locatif, qui est ma seconde source de revenus.

Est-ce que ça a été difficile ? As-tu dû sacrifier des choses pour y arriver ? 

Je dois avouer que je suis un fonceur. A partir du moment où j’ai une idée précise de ce que je veux dans la vie, je peux soulever des montagnes.

J’ai dû me serrer la ceinture lorsque j’ai créé mon entreprise, j’ai dû me dépasser au niveau personnel également. Mais je ne le regrette pas. Ça m’a fait beaucoup avancer.

Dans mes investissements immobiliers, les seules difficultés que j’ai pu rencontrer sont des retards : liés à l’obtention du financement, à des problèmes relationnels avec des vendeurs, et à un arrêt maladie de clerc de notaire.

Si les choses étaient trop faciles, on ne pourrait les apprécier à leur juste valeur !

Pour finir, quels conseils principaux donnerais-tu aujourd’hui à ceux qui en ont marre de « la Rat Race » ?

1/ Soyez malin, commencez par comprendre tout ce qui fait la Rat Race.

2/ Soyez visionnaire, ayez une vision claire de ce que vous voulez, de ce qui vous fait vibrer.

3/ Soyez humble, ayez la patience de vous documenter et de vous former.

4/ Soyez stratège, prenez le temps d’élaborer votre propre stratégie.

5/ Soyez proactif, passez à l’action avec vos rêves en tête.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *