pourquoi les prix de l'immobilier à montpellier ne cessent de grimper?

Pourquoi les prix de l’immobilier ne cessent de grimper à Montpellier?

Une hausse des prix constante

La hausse constante des prix sur le marché de l’immobilier à Montpellier depuis plusieurs années étonne (ou désespère) de nombreux Montpelliérains. Les agents immobiliers eux-mêmes n’en reviennent pas et ont parfois même du mal à ajuster leurs estimations.

Une très grande attractivité

La principale raison de cette hausse des prix : une très grande attractivité. 
Montpellier doit accueillir chaque année 3 000 nouveaux habitants et la métropole entre 5 000 et 6 000. Les parisiens, notamment, sont nombreux à choisir Montpellier pour s’y établir, attirés par le soleil, la mer, et une certaine douceur de vivre méditerranéenne, mais aussi par le dynamisme culturel et économique de la ville.

Des entreprises de plus en plus nombreuses à venir s’implanter à Montpellier

Si Montpellier, par la qualité de vie qu’elle offre, attire naturellement de nouveaux habitants, elle attire également de plus en plus les entreprises. Détentrice du label « French Tech » et réputée pour ces industries créatives et sa recherche médicale, Montpellier est ainsi la deuxième zone d’emploi parmi les grandes métropoles dites « créatives », et a créé entre le premier trimestre 2014 et le premier trimestre 2019 près de 23 556 emplois dans le secteur privé, soit 4 711 nouveaux emplois par an. Le taux de chômage recule de 2 %. Un contexte économique qui fait de Montpellier un placement de choix pour tous les types d’investisseurs.

Un marché locatif saturé

Dans ce contexte, et malgré un certain dynamisme en terme de construction, le marché locatif à Montpellier reste saturé. Montpellier est une ville qui accueille notamment beaucoup d’étudiants. Selon le classement annuel établi par le journal L’Etudiant, elle figure à la troisième place des villes étudiantes les plus attractives. Les jeunes du supérieur représentent près de 18,4 % de la population, et la pénurie de studios à louer est réelle de septembre à juin. Ce déséquilibre entre l’offre et la demande sur ce type de produits maintient un marché haut tiré par les investisseurs

Une pénurie de foncier

Dans le centre ville de Montpellier, et les quartiers historiques adjacents, le foncier est rare, ce qui contribue au maintien de prix élevés dans ces secteurs. Afin de palier à ce manque de foncier tout en continuant à accueillir de nouveaux habitants, la municipalité a entrepris depuis plusieurs années une politique de création de nouveaux quartiers neufs “verticalisés” afin de préserver un maximum d’espaces verts. Port Marianne, Nouvelle Mairie sont des exemples réussis de cette politique d’urbanisme. Eurêka, Cité Créative, Cambacérès sont les prochaines étapes. Mais dans ces zones urbaines, les permis de construire sont très longs à obtenir, les recours de tiers nombreux et le nombre de nouveaux logements mis sur le marché chaque année ne permet pas d’absorber la demande toujours plus grande. La Fédération des promoteurs immobiliers déplore, sur le premier semestre 2019, une baisse de 24 % de l’offre commerciale sur l’ensemble de la métropole montpelliéraine. Une raison de plus, de faire gonfler les prix du neuf, ce qui entraîne dans son sillage les prix de l’ancien.

En conclusion

En conclusion, même si une baisse des prix est toujours possible sur une courte période, elle semble peu probable sur le long terme en raison de cette forte attractivité. Par ailleurs, même si les prix devaient baisser, les loyers, sauf énorme crise de pouvoir d’achat, devraient se maintenir à des niveaux assez élevés, toujours en raison de cette pénurie d’offre par rapport à la demande.

source : Le Monde : https://www.lemonde.fr/argent/article/2019/12/02/montpellier-un-marche-immobilier-en-ebullition_6021292_1657007.html#xtor=AL-32280270

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *